Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

 

 

 

  Retour à la direction du Parti

Michel FERNANDEZ    

 

Michel Fernandez est né à Marseille. Il est issu d’une famille modeste, originaire du Haut-Var par sa mère et audois par son père. Ses parents, alors adhérents CGT, participent aux mouvements sociaux de mai 68 et 1974, évènements majeurs dans l’histoire des PTT où ils travaillent tous les deux.

Il passe l’essentiel de son enfance et adolescence à Hyères (Var). Comme de nombreux adolescents, dès ses 14 ans, il travaille tous les étés, d’abord dans la restauration puis à la Poste à sa majorité. Après un baccalauréat obtenu au lycée Jean Aicard, il poursuit ses études supérieures à la faculté de droit de Toulon la Garde où il obtient un DEUG mention droit.

Soucieux d’entrer dans la vie active rapidement, il intègre par concours la fonction publique, à la Poste. Grâce au dispositif de promotion interne, il exerce des fonctions multiples en tant que salarié, cadre et cadre supérieur (guichetier, formateur, encadrant, chef d’établissement, contrôleur bancaire, directeur adjoint).

  Retour à la direction du Parti

Michel QUINET

 

Michel Quinet est né à Elbeuf en Seine-Maritime. Il passe son enfance dans une famille modeste qui a profité de l’ascenseur social. Son père employé de filature finira cadre administratif dans l’industrie du pétrole, sa mère « culottière » arrêtera de travailler pour élever ses deux enfants. Ayant participé à la Résistance, son père est gaulliste. Puis ses parents soutiennent Mitterrand.

Il fréquente le lycée Fontenelle à Rouen, obtient le bac et un DUT de chimie, toujours à Rouen en 1968, où il participe au mouvement étudiant. Au retour de son service militaire, il entre comme technicien au Centre de recherche de la Shell à Grand Couronne.

Il y reste 12 ans avant de migrer vers Grenoble. Là il travaille trois ans dans le "développement local en Isère". Dans le cadre d’une communauté de communes, il anime la mise au point d’une Charte de développement local. Son poste n’étant pas renouvelé, il revient dans l’industrie. Il travaillera 25 ans dans la technologie du vide à Annecy.

  Retour à la direction du Parti

Michèle DESSENNE

 

Michèle Dessenne est née en banlieue parisienne. Elle a vécu à Fontenay-sous-Bois dans le Val de Marne puis à Montreuil en Seine-Saint-Denis. Elle est issue d’une famille d'ouvriers et d'employés, communistes et syndicalistes. Son père, avant de bénéficier de l’ascenseur social des Trente Glorieuses, est ajusteur, et sa mère employée à la Sécurité sociale puis mère au foyer.

Elle a 15 ans en mai 1968, et y puise l'énergie du collectif et la force de la révolte. Elle s'engage avec enthousiasme dans le mouvement lycéen. Titulaire du bac, étudiante à l'Université Paris VIII Vincennes et salariée intérimaire dans une période durant laquelle trouver du travail était simple et rapide, elle occupe successivement des emplois de vendeuse, caissière, employée de bureau, secrétaire, ouvrière, animatrice dans une maison des jeunes et de la culture, monitrice de colonie de vacances et en centres de loisirs, enquêtrice à l'INED.

 Retour à la direction du Parti 

Patricia SAINT-GEORGES

 

Patricia Saint-Georges naît à Versailles dans les Yvelines. Son père, qui n’a pas fait grand-chose de sérieux jusque-là, se fait admettre dans un régiment de cavalerie en août 1939 et participe à la défense de Saumur. Sa femme le rejoint, traversant la France à bicyclette.

En hiver 1942, le couple s’enfuit en Angleterre, via l’Espagne. Son père s’engage auprès de de Gaulle. À la fin de la guerre, la famille se retrouve à Versailles, les parents se séparent. Sa mère, anglaise, trouve un poste de procès-verbaliste à l’UNESCO, ce qui lui permet d’élever deux enfants. L’univers familial est donc féminin, sur trois générations ce sont les femmes qui gagnent les sous. Pas d’engagement politique dans la famille.  

Après le baccalauréat lettres, Patricia suit pendant trois ans les cours du Centre de la rue Blanche en classe de comédie. Les spectacles du TNP de Jean Vilar la fascinent et elle n’imagine pas de métier plus passionnant. Elle le pratique pendant dix ans, uniquement au théâtre. Elle s’étonne d’être payée pour une activité si merveilleuse. Le chômage et son manque d’aptitude à courtiser ceux qui auraient pu la faire travailler la contraignent à abandonner. Une année de secrétariat la rassure sur ses capacités à survivre et la dégoûte à tout jamais du travail de bureau.

 Retour à la direction du Parti 

Patrick SERRES

 

Patrick Serres est originaire de La Réole en sud Gironde. Il est l'aîné d'une famille très modeste de deux enfants. Son père est artisan coiffeur à Barsac, petite ville située dans la zone d'appellation du Sauternais, le vin blanc liquoreux unique au monde. Coiffeur pour hommes, car à l'époque dans les petites localités la coiffure reste unisexe. Sa mère est ouvrière dans une usine de fabrication de chaussures. La famille est très modeste mais l'Éducation nationale permet heureusement l'accès de tous à l'école.

Ses grands-parents maternels sont fermiers en sud Gironde, milieu rural de petites exploitations agricoles, et comme beaucoup dans ce secteur, ils font de la polyculture et vivent pratiquement en autarcie. Le travail est harassant, ne paye guère et il est nécessaire de produire l'essentiel des besoins de la consommation familiale. Seul le samedi, jour de marché à La Réole, permet d'aller acheter quelques produits secs et de la viande de bœuf parfois.

Web Analytics