Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Le 8 mai 2016.

Par le Parti de la démondialisation (Pardem).

La colère de centaines de milliers de salariés, fonctionnaires, agents publics, lycéens, étudiants, retraités, privés d’emploi et précaires, gronde en ce printemps 2016. Une mobilisation sociale nationale émerge. Le projet de loi El Khomri contre le Code du travail a fait déborder le vase. Trop c’est trop et depuis trop longtemps ! Passé le temps du silence renfrogné du peuple, de l’état d’impuissance dans lequel il a été plongé, désorienté par les coups successifs qu’il a encaissés, le temps est venu de l’action pour la démondialisation.

Si nul ne peut ignorer les mouvements sporadiques, éparpillés, qui se sont exprimés durant ces dernières années, force est de constater que les luttes égrenées n’ont engendré que de rares et provisoires victoires. Le cœur du système oppressif n’est pas atteint, faute d’être ciblé.

Les élus non rangés « à la raison européenne », leurs partis et les syndicats ont totalement disparu du paysage. Leurs slogans creux et leurs incantations en faveur d’une « autre Europe » ont sonné le glas de toute action politique crédible et engendré le désenchantement du peuple. Qui peut donc s’étonner de la désaffection des Français pour des partis politiques et des élus devenus les marionnettes des classes dirigeantes ?

Car c’est bien la même ritournelle qu’interprètent patronat, gouvernements, parlementaires et partis politiques, de droite comme de gauche, depuis plus de dix ans. Avec des variations différentes, certes, mais la nuance ne fait pas la rupture. 

Individualisé, divisé, arraché à tout processus collectif, occupé à tenter de parer les coups, « chacun est rentré dans son automobile », comme le chantait Claude Nougaro.

Parallèlement, les Français écœurés et récalcitrants au système sont montrés du doigt : mauvais citoyens, votant mal, se syndiquant peu, accusés d’être indifférents à la chose publique, soupçonnés d’être fascistes s’ils glissent un bulletin FN dans les urnes, insultés s’ils s’entêtent à revendiquer la souveraineté nationale. La jeunesse semblait atone, les yeux rivés sur les écrans.

Il faut reprendre l’initiative de l’action politique

Temps 1 : tirer les leçons des échecs

Temps 2 : déclarer la mondialisation néolibérale ennemie publique n°1 des peuples

Temps 3 : prendre parti pour démondialiser

Temps 4 : s’emparer d’un programme de démondialisation (…)

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous :
http://www.pardem.org/actualite/point-de-vue-du-pardem/353-retour-de-la-politique-action-demondialisation

 


Adhérez au Parti de la démondialisation !


Pour imprimer le bulletin d'adhésion, cliquez ci-dessous :
http://www.pardem.org/adherer

 

0 Filet 2

 

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.
Web Analytics