Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

 

 

 

 Retour à la direction du Parti 

Yves ROUILLE

 

Yves Rouillé est originaire de Saint-Lormel, petite commune de la circonscription de Dinan, en Bretagne. Il est fils de paysan, ses parents sont locataires d’une petite ferme de 24 hectares dans la commune de Pluduno à quelques kilomètres de Saint-Lormel. Ils cultivent des céréales, produisent du lait et font construire une porcherie. C’est le début du « hors sol » en Bretagne. Nous sommes alors en 1967. Sa mère est catholique, son père est athée, ils sont « gaullistes ». Son père s'est engagé dans la Résistance (FFI) puis a participé à la Libération comme engagé volontaire. En juillet et août 1944, il est sur le front en Normandie à Saint-Laurent-sur-Mer. Puis il continue son travail de ravitaillement des populations civiles, accompagnant les Alliés en territoire allemand et en Tchécoslovaquie jusqu’à la fin 1945.

Pendant son enfance, Yves participe à la vie de la ferme. Chaque soir, après l’école il faut traire les vaches, s’occuper des chevaux et puis, ensuite, faire les devoirs. L’été, c’est le travail des champs.

  Retour à la direction du Parti

Véronique ROUILLE RIVIERE

 

Véronique Rouillé est née à Caen dans le Calvados. Elle appartient à une famille de militants très engagés.

Dès son plus jeune âge, elle comprend que sa famille appartient aux « gens » qui ne se laissent pas faire. Ses parents ont connu la Seconde Guerre mondiale, ils avaient alors 10 ans. Leurs familles respectives se sont entraidées quand il a fallu fuir avant les bombardements sur Caen ; son grand père cheminot avait été prévenu qu’il fallait partir car « le débarquement » allait commencer. Sa grand-mère paternelle telle un chef de bande, a alors pris la route avec ses quatre enfants dont un bébé de trois mois, emmenant avec elle la grand-mère maternelle de Véronique et ses deux enfants. Les hommes sont restés sur Caen. Son grand-père maternel est mort à Caen sous l’explosion d’un obus. Combien de fois a-t-elle entendu le récit de cette épopée familiale, émaillée de traversées de villages sans vraiment savoir où aller mais avec cette volonté inébranlable de rester vivant, combattif et de garder la tête haute quand on leur refusait parfois des vivres pour subsister. Son imaginaire en la matière, sur fond de Seconde Guerre mondiale, a trouvé sa réalité aujourd’hui : l’arrivée d’enfants, de femmes et d’hommes qui fuient la guerre dans leur pays et demandent assistance. 

  Retour à la direction du Parti

Michel QUINET

 

Michel Quinet est né à Elbeuf en Seine-Maritime. Il passe son enfance dans une famille modeste qui a profité de l’ascenseur social. Son père employé de filature finira cadre administratif dans l’industrie du pétrole, sa mère « culottière » arrêtera de travailler pour élever ses deux enfants. Ayant participé à la Résistance, son père est gaulliste. Puis ses parents soutiennent Mitterrand.

Il fréquente le lycée Fontenelle à Rouen, obtient le bac et un DUT de chimie, toujours à Rouen en 1968, où il participe au mouvement étudiant. Au retour de son service militaire, il entre comme technicien au Centre de recherche de la Shell à Grand Couronne.

Il y reste 12 ans avant de migrer vers Grenoble. Là il travaille trois ans dans le "développement local en Isère". Dans le cadre d’une communauté de communes, il anime la mise au point d’une Charte de développement local. Son poste n’étant pas renouvelé, il revient dans l’industrie. Il travaillera 25 ans dans la technologie du vide à Annecy.

  Retour à la direction du Parti

Valérie PIJOAN

 

Valérie Pijoan est née à Dreux (28). Son père est sculpteur et sa mère praticienne d’éducation créatrice (perspective ouverte par Arno Stern). Tous deux athées, ils se situent politiquement à gauche. Sa mère aspire à une « révolution » du système scolaire s’inspirant des conceptions de Condorcet. Son ambition est de favoriser le développement du potentiel de l’enfant pour faire émerger une société nouvelle.

Valérie Pijoan est scolarisée à Dreux jusqu’à la fin de la 3e. Elle suit ensuite des cours par correspondance, puis une formation dans la section réalisation du Conservatoire libre du cinéma français à Paris et, parallèlement, en auditeur libre suit des cours en sémiologie de la publicité et archéologie à l’École pratique des Hautes Études. En quête de voyages et d’explorations, elle fait « la route des Indes », s’installe en Suisse ou elle se marie et donne naissance à une fille qu’elle élèvera seule, puis s’installe aux États-Unis où elle vit pendant 3 ans. Elle exerce des emplois de subsistance : ménage, serveuse dans un restaurant, développement photographique pour la photo d’art. De retour en Suisse, elle apprend la dactylo et le métier d’assistante sur le tas dans le cadre de l’intérim.

 Retour à la direction du Parti 

Joël PÉRICHAUD

 

Joël Perichaud est né en à Confolens en Charente (16).

Son père, cariste chez Renault, a été membre de la CGT (île Seguin à Boulogne-Billancourt), puis responsable de chantier pour une société sous-traitante de la RATP. Sa mère, d’abord cuisinière, a terminé sa vie professionnelle comme couturière dans une usine parisienne du groupe Daniel Hechter.

Après des études secondaires (niveau Bac G2) au lycée Turgot à Paris, il entre dans la vie active comme aide-comptable. Après divers emplois en comptabilité et gestion, et une période de chômage de plusieurs mois, il intègre le réseau commercial d’une compagnie d’assurance lilloise.

Web Analytics