Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

 

 

 

 Retour à la direction du Parti 

Benoît MARTIN

 

Benoît Martin est né en 1964 à Bolbec (Seine-Maritime).

Ses parents étaient ouvrier et employée dans l’industrie pétrochimique. Au lycée puis à l’IUT du Havre, il fait des études d’électronique. Il se sent rapidement en rupture « soixante-huitarde » avec le capitalisme, la religion et le patriarcat. La musique, la lecture et les sciences occupent une partie de sa jeunesse et continuent de le faire aujourd’hui sur ses quelques temps libres.

A 20 ans, il est reçu au concours d’Inspecteur technique aux PTT. En 1990, alors qu'il est formateur en électronique, dans l’Eure, à la direction des télécommunications, la loi Quilès (qui préparait la future privatisation de France Télécom et de La Poste) le conduit à s’engager syndicalement avec la CGT. Cette même année, il devient lecteur régulier du Monde diplomatique, refusant la guerre du golfe et s’interrogeant sur la nouvelle donne géopolitique.

 Retour à la direction du Parti 

Virginia LOMBARD

 

Virginia Lombard est née en 1970 à Paris, dans le quartier populaire du 19e arrondissement. Issue d'une famille modeste, ses parents sont d'abord et avant tout des ouvriers. Sa mère est à l'usine dès l'âge de 14 ans. Son père a exercé une multitude de métiers entre la France et l'Angleterre : poseur de rail, tailleur de pierre, fort aux Halles, videur de boîte de nuit, plagiste, etc., pour finir ouvrier métallurgiste spécialisé soudeur dans une usine de fabrication de fours de boulangerie dans les Alpes-Maritimes. Après deux années passées à Paris, la famille s'installe à Beauvais (Oise), d’où est originaire la famille de sa mère.

La famille n'est pas riche : les seules évasions que les finances du ménage permettent sont celles que peuvent procurer les livres et la lecture. Ses parents favorisent son goût pour les études. Pour eux, tout vaut mieux que l'usine. Malgré leurs origines modestes, ils considèrent que l’éducation est la porte pour une vie meilleure, un moyen d’échapper à la rude condition ouvrière.

 Retour à la direction du Parti 

Didier LE STRAT

 

Didier Le Strat est né à La-Bastide-de-Sérou en Ariège comme ses deux parents. Boulangers-pâtissiers, gaullistes, ils sont séduits par Georges Marchais et se rapprochent du PCF.

Didier Le Strat fait ses études secondaires au collège de Carbonne, en Haute-Garonne, et au lycée Bellevue à Toulouse.  Il prépare ensuite les différents concours de la fonction publique. Il entre au Centre de formation des enseignants en éducation physique et sportive, à l’Institut régional d'éducation physique rattaché à la faculté de médecine de Clermont-Ferrand, puis au Centre régional d’éducation physique et sportive Boulouris, dans le Var.

  Retour à la direction du Parti

Andrée HEMET

 

Andrée Hemet est née en 1957 à Pontavert (02) près de Reims, dans une famille originaire de l’Hérault. Ses quatre grands-parents sont des immigrés espagnols venus en France pour échapper à la misère.

Son grand-père maternel, plâtrier dans l’Hérault, est victime très jeune d’un accident du travail ; il supporte sa perte de reconnaissance sociale grâce à la lecture. Sa femme, sans qualification, travaille dans des usines et des fabriques diverses à Bédarieux (34). Révoltée par les injustices qu’elle n’a pas manqué de dénoncer en famille, cette grand-mère s’est toujours sentie proche des communistes.

Ses grands-parents paternels, derniers-nés de fratries de treize et quinze enfants de paysans, n’ont eu accès ni à l’école, ni à une partie des terres familiales. Pauvres et analphabètes, ils quittent l’Espagne et s’installent dans le sud de la France pour cultiver la vigne et fonder leur famille.  

 Retour à la direction du Parti 

Gilles GEIRNAERT

 

Gilles Geirnaert est né à Paris en 1943 pendant la Seconde Guerre mondiale, d'une mère, sténodactylo, issue d'un milieu petit bourgeois catholique et maurassien (son grand-père est un des secrétaires de Maurras) et d'un père communiste et résistant, opérateur de cinéma, habitant Saint-Mandé, dans l'est parisien, dans ce qui n'est pas encore nommé HLM.

Ses premiers souvenirs sont la distribution de boîtes de sardines à l'école communale, c'est le ravitaillement, le lapin qu'on élève sur le balcon, le boîtage de tracts contre la venue de Ridgway à Paris (général américain), le rassemblement au Veld'hiv pour la prise de Pékin par Mao, la tournée de l'Huma Dimanche (CDH d'honneur en 1953), la fierté de ses parents, quand sa mère est d'une manière inattendue, élue conseillère municipale de Saint-Mandé, fief de la droite. C'est aussi la mort de son père, tuberculeux, en 1950.

Web Analytics