Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

lettre Maduro

 

Par le Parti de la démondialisation

le 19 avril 2020

En pleine explosion du Covid-19, le procureur général des États-Unis, William Barr, a annoncé le 26 mars, l’inculpation du président vénézuélien Nicolás Maduro pour « narcotrafic » et « blanchiment d’argent ». Cette accusation extravagante s’accompagne d’une mise à prix de la tête de Maduro : 15 millions de dollars (13,5 millions d’euros) sont promis à qui permettra de le localiser ou de le capturer. Des poursuites ont également été lancées contre treize autres hauts fonctionnaires du gouvernement vénézuélien, parmi lesquels le ministre de la Défense Vladimir Padrino López, le président du Tribunal suprême de justice (TSJ) Maikel Moreno et, surtout, avec une offre de 10 millions de dollars pour qui les livrera, le président de l’Assemblée nationale constituante (ANC), Diosdado Cabello, et le vice-ministre de l’économie, Tareck El Aissami.

 Le 28 mars 2020


Au Venezuela, il y a 31 ans (1989), survenait le Caracazo, événement fondateur de la Révolution bolivarienne. Le Caracazo était la première révolte contre le néolibéralisme, suivie par bien d’autres dans le monde.

Nous publions une vidéo de Romain Migus qui nous donne des clés pour comprendre ce qui se passe en Amérique latine et dans nos pays d’Europe aujourd’hui.

Evo Morales 2017

Par Joel Perichaud, Secrétaire national aux relations internationales du Parti de la démondialisation.
le 24 novembre 2019

Ton peuple vivait dans un pays où tu as régné, pendant 12 ans, en tyran ! Preuves à l’appui...

Au cours de cette période, ton régime a ordonné la construction de 3 000 centres de santé de premier niveau et de 200 centres de santé de second niveau soit, un centre de santé tous les 4 jours. Et, fin 2017, 46 nouveaux hôpitaux ont été construits.
Tu devais partir Evo.

chili revendications     

par Joël Perichaud, Secrétaire national aux relations internationales

le 29 octobre 2019

Nous diffusons l’entretien réalisé par Romain Migus avec Emilia TIjoux, sociologue, professeure à l'Université du Chili, qui analyse (en français) le mouvement social actuel au Chili, la répression, et le futur politique du pays. Emilia TIjoux appelle à la solidarité internationale.

Romain Migus sera présent à l’université d’automne du Pardem à La Rochelle du 9 au 11 Novembre.
http://pardem.org/le-parti/universites-d-automne/universites-d-automne-2019/967-universite-d-automne-2019-du-pardem

Depuis le 17 octobre, la colère sociale populaire ne faiblit pas malgré la répression brutale : 17 morts, des centaines de manifestants blessés et près de 3 000 personnes arrêtées par les forces de l'ordre.

argentine

...le clair rejet populaire des politiques néolibérales de Macri...

Par Joël Perichaud, secrétaire national du Parti de la démondialisation chargé des relations internationales
Le 26 août 2019

Les élections primaires du 11 août « Primaires Ouvertes Simultanées et Obligatoires » (Élections primaires où chaque alliance électorale ou parti politique détermine les candidats aux fonctions de députés et de sénateurs, qui se présenteront deux mois plus tard aux élections législatives) permettent d’évaluer les rapports de force politique dans le pays. Le score est sans appel : le Frente de Todos * a obtenu 47,65% des voix, alors que Cambiemos, le parti de Macri, a tout juste dépassé 32%. L‘écart de 15 % représente environ quatre millions de voix (sur 34 millions d’électeurs). Avec un taux de participation de 75,8% ((malgré le vote obligatoire), similaire à celui des primaires de 2015 et un taux de 4% de votes nuls et blancs, l’élection donne un avantage difficilement rattrapable par Macri pour les élections du 27 octobre prochain (présidentielle, législatives et sénatoriales) présageant le retour d’un gouvernement plus social en Argentine.

Sous-catégories

Web Analytics