Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

bolivie arce

Par le Parti de la démondialisation

Le 27 octobre 2020

 

Le Pardem salue la victoire du Mouvement socialiste (MAS-IPSP) et de ses candidats à la présidence et vice-présidence de la Bolivie, Luis Arce et David Choquehuanca pour leur victoire au premier tour des élections, le 18 octobre 2020.

Malgré les tentatives d’invalider les candidatures du MAS, les intimidations des citoyens par un grand déploiement de forces militaires dans les rues, les poursuites et les mises en détentions de représentants d'organisations sociales, la victoire du MAS (dont la campagne a été conduite par Evo Morales) avec plus de 54,01% devant les 29,52% de Carlos Mesa (taux de participation de plus de 87%) est claire. La droite et le chef du coup d'État contre Evo Morales, Luis Fernando Camacho n'ont obtenu que 14,37%.

La victoire de Luis Arce (ancien ministre de l’économie d’Evo Morales) et de David Choquehuanca (ancien ministre des affaires étrangère d’Evo Morales) a été reconnue par Jeanine Áñez (ancienne présidente auto-proclamée) et le Secrétaire général de l'OEA, Luis Almagro. En effet, pour ces suppôts de l’Oncle Sam, contester un résultat aussi clair aurait été difficile. Cette grande victoire a aussi comme conséquence de désamorcer tout recours à un coup d’état militaire pour préserver l’ancien pouvoir néolibéral.

Cette victoire incontestable invalide la campagne de l’Organisation des Etats Américains (OEA) sur la présumée fraude qui aurait eu lieu l'année dernière et montre qu’Evo Morales avait bien gagné les élections du 20 octobre 2019. La fraude était bien le fait de l’OEA qui voulait écarter Evo Morales du pouvoir par tous les moyens.

Enfin, la victoire du MAS donne espoir à l'ensemble des forces progressistes d'Amérique du Sud malgré les oligarchies locales et les tentatives des États-Unis pour saper tous les gouvernements en faveur du peuple comme ils l’ont fait en obtenant la destitution de Dilma Rousseff, en luttant contre Rafael Correa et Luiz Inacio Lula ou encore, par les coups d’État au Paraguay, au Honduras et en Bolivie.

Le peuple bolivien a inversé cette poussée néolibérale sur le continent Latino-Américain et nous espérons que ce n'est que le début d’une série de victoires à venir comme la victoire législative au Venezuela le 6 décembre prochain et celle d'Arauz-Rabascall en Equateur en février 2021…

Vive la victoire du peuple de Bolivie
Vive l’indépendance nationale et populaire

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.
Web Analytics