Clicky

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

La Rochelle Vieux Port

Par le Parti de la démondialisation


Le 23 juin 2019

Trois jours à La Rochelle du 9 au 11 novembre inclus pour entendre les intervenants, débattre avec eux et coopérer pour construire un avenir fait de résistances au néolibéralisme et de propositions réellement alternatives.
Notre Université d’automne n’est pas hors sol, elle n’est pas réservée aux militants aguerris mais à tous ceux et celles qui, depuis des mois, se sont mobilisés avec leur gilet jaune, celles et ceux qui les ont soutenus pour dire non au système néolibéral et à la politique de Macron, qui pille les biens publics. On pense évidemment à la privatisation d’ADP mais aussi à tous les secteurs clés sur lesquels le marché a déjà mis la main (France Télécom, La Poste, EDF, GDF, les banques, les autoroutes, etc.) ou cherche à le faire (hôpitaux, routes nationales, barrages hydroélectriques notamment).
Notre engagement sans faille pour faire gagner les revendications des classes dominées doit nous conduire à regarder ce qui se joue avec l’Union européenne, la tutelle qu’elle exerce sur nos vies, en complicité avec les gouvernements qui se succèdent, droite et gauche confondus, sans jamais changer de politiques. Pour ce faire nous avons invité des Italiens, des Espagnols, des Britanniques, des Irlandais, des Grecs, des Autrichiens… Ils viendront nous dire où en sont les luttes sociales dans leur pays et l’état des régimes politiques en place. Et, bien sûr, nous débattrons sur la stratégie à mettre en œuvre pour sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan avec nos invités et avec les participants.
Mais résister aux inégalités, à la précarité, au chômage de masse, au tout sécuritaire, à la destruction systématique et organisée des droits sociaux, du travail, de la protection sociale, de l’école, des services publics, du statut et des effectifs des fonctionnaires, de la pseudo décentralisation qui menace la survie des petites et moyennes communes, paupérise les départements au bénéfice des Métropoles et des grandes régions, conduit à proposer une société libérée du carcan néolibéral et surtout à revoir complètement l’organisation des institutions politiques de notre pays. Il nous appartient de dessiner les grandes orientations définissant les règles d’une démocratie réelle où le peuple est réellement souverain. Constitution, place du citoyen, rôle des partis politiques, recours au référendum, vote blanc, proportionnelle ? Démocratie directe ? Nouveau régime politique ?
Autant de sujets qui sont au programme de nos débats et auxquels nous vous convions. Vous pouvez participer pour une, deux ou trois journées, à votre gré et même pour une seule séance.
Il est possible de déjeuner et ou dîner sur place, d’être hébergé. Pour cela, nous informer avant en vous inscrivant avec le bulletin ci-joint.

UA2019 - PRÉ-PROGRAMME


SAMEDI 9 NOVEMBRE
Journée Internationale
• 9h00 - 9h30
Mots d’accueil, organisation, programme.
• 9h30-12h30
Table ronde : L’UE après les élections européennes.
On nous avait annoncé un raz-de-marée des nationalistes, populistes, anti-européens. On a eu l’effondrement de la gauche radicale, l’affaiblissement de la droite et des sociaux-démocrates, une poussée des Verts et des libéraux. Rien de révolutionnaire… A la suite de ces élections, quels sont les enjeux de pouvoir au sein de l’Union européenne ? Quels sont les rapports de force au sein des pays ? Quelles perspectives pour les classes populaires ?
- Intervenants : Pardem, invités d’Italie (P101), de Grèce (EPAM et PAREMVASI), d’Espagne (Salir del euro), d’Autriche (Euro Exit), du Royaume-Uni (Trade Unionists Against the EU).
• 12h30- 13h45
Repas
• 14h 15h30
Focus sur l’Espagne.
Le PSOE est arrivé en tête des élections législatives, Podemos est en déconfiture, la droite toilettée et les franquistes relèvent la tête.
- Intervenants : Salir del euro.
• 15h45-17h15
Focus sur l’Italie.
L’élection européenne a inversé le rapport de force entre les deux partis de la coalition gouvernementale. Le Parti démocrate (PD) s’est refait une santé aux dépends du M5S. La Lega de Salvini qui a fait un score très important, montre ses muscles face à la Commission européenne.
- Intervenants : P101.
• 17h45-19h15
Focus sur la Grèce.
Après la trahison de Tsipras, Syriza paie le prix fort et entraîne avec elle toute la gauche radicale. L’ex parti au pouvoir, Nouvelle démocratie (ND), rafle 12 des 13 régions grecques et les 2 grandes villes du pays, Athènes et Thessalonique et remporte les élections de l'été 2019. Quelle perspective pour la population écrasée sous l’austérité imposée par l’UE et Tsipras?
- Intervenants : EPAM, PAREMVASI.
• 20h00
Repas
• 21h15-22h45
Focus sur le Royaume-Uni.
La presse « main stream » a théâtralisé le Brexit en oubliant, volontairement, l’acteur principal : le peuple. Comprendre les ressorts, les impasses et les perspectives ouvertes par le Brexit, pour les peuples de Grande-Bretagne et d’Irlande et en tirer les leçons est une nécessité pour tous les peuples des pays de l’UE. Le nouveau Premier ministre, Boris Johnson, a déclaré en juillet que la Grande-Bretagne sortira de l'Union européenne le 31 octobre 2019. Tiendra-t-il sa promesse ?
- Intervenants : Brian Denny Trade Unionists Against the EU (GB) et Anthony Coughlan (Irlande).

DIMANCHE 10 NOVEMBRE
Journée Démocratie
• 9h00-12h00
Le mouvement des Gilets jaunes, et maintenant ?
Pour tenter de caractériser le mouvement des Gilets jaunes on a beaucoup parlé de 1788. Un an après, qu’en est-il du mouvement et de ses revendications ? Quelles perspectives à la révolte ? Sommes-nous à l’aube d’un changement de régime sous l’impulsion des Gilets jaunes ?
- Intervenants : Serge Marquis (Gilet jaune 94), Véronique Rouillé (Gilet jaune 14), Mouvement du 17 novembre, Annie Depret (Gilets jaunes 78), Romain Migus (sociologue, écrivain et journaliste).
• 12h00-13h30
Repas.
• 13h30-15h00
Les impensés de notre constitution dans la crise démocratique actuelle.
La Constitution française (dont le président de la République a célébré les 60 ans le 4 octobre 2018), a subi un certain nombre d’arrangements pour faire face à l'essor du pouvoir administratif, de l’Union européenne et de la mondialisation, du pouvoir local et du pouvoir privé. Depuis les années 80, de profondes mutations juridiques, concrétisant par le droit les conceptions néolibérales, ont grandement fragilisé notre Constitution, la puissance publique et l’espace de la loi. Si toutes ces évolutions se retrouvent largement dans tous les pays occidentaux, la France possède cependant des spécificités dans cette « néolibéralisation » du droit. Le droit comparé, qui est une des spécialités de Thomas Perroud, apportera un éclairage précieux sur les voies particulières empruntées par notre droit national.        
- Intervenant
: Thomas Perroud, professeur de droit public à l'Université Panthéon-Assas (Paris II), spécialiste de droit public comparé.

• 15h15-16h45
Une nouvelle dynamique populaire constituante.
- Intervenant : Jacques Nikonoff.
• 17h00-19h45
Démocratie directe.
La « crise de légitimité » des partis politiques et des élus - surtout nationaux - remet en cause le système représentatif libéral. La démocratie directe et le RIC sont revendiqués. De quoi parle-t-on exactement ?
- Intervenants : Jean-Michel Toulouse, Yves Rouillé.
• 20h00
Repas.
• 21h00-22h30
Les partis noyés avec l’eau du bain ?
Les résultats des élections européennes ont confirmé la fin du clivage gauche/droite et la décomposition des partis « classiques » qui ont alterné à la tête du pays depuis des décennies. Le mouvement des Gilets jaunes a confirmé la défiance envers les partis politiques. Mais faut-il pour autant jeter la forme parti avec l’eau du bain ?
Les intervenants reviendront sur l’histoire de la création des partis politiques, leur rôle et leurs dérives et sur les nécessaires (r)évolutions à penser et à mettre en œuvre pour établir un système réellement démocratique articulant pleinement place du citoyen, organisation collective, Etat, et souveraineté nationale et populaire.
- Intervenants : Joël Perichaud, Michèle Dessenne

LUNDI 11 NOVEMBRE
Journée Union européenne
• 9h-11h45
Géopolitique : Le leurre d’une UE « bouclier » contre la Chine, la Russie, les États-Unis
Un des arguments que nous assènent les européistes est qu’une structure fédérale européenne forte est nécessaire pour faire face aux autres grandes puissances. Les États-Unis ont pourtant été à l’origine de l’UE pour assoir leur hégémonie sur le continent européen, la Russie sert d’épouvantail comme aux plus belles heures de la guerre froide, la Chine achète les entreprises qu’elle veut, conquiert des marchés dans le cadre de la concurrence libre et non faussée … Éclairage.
- Intervenant : Jacques Nikonoff
• 12h00
Repas
• 13h15-15h15
Quelle stratégie pour sortir de l’UE, de l’euro, de l’Otan ?
- Intervenants : Jacques Nikonoff, M17, Jacques Cotta.
• 16h00-18h00
Privatisation d’ADP : l’arbre qui cache la forêt
Comment lier le RIP pour un référendum national et la bataille contre la privatisation d’EDF, des routes nationales, etc. ?
France Télécom, La Poste, EDF, GDF, etc. les privatisations se sont multipliées depuis ces dernières décennies. Quels mécanismes ont conduit les gouvernements (de gauche ou de droite) à livrer au privé des biens publics et stratégiques pour la nation ? En revenant sur les privatisations d’hier nous verrons comment combattre celles en cours.
- Intervenants : en attente
• 18h30-20h00
Peut-on imaginer une société sans fonctionnaires ?
Les gouvernements depuis plusieurs décennies remettent insidieusement en cause les fonctionnaires : blocage du point d’indice, campagnes de dénigrement, suppressions de poste, recours accru aux contractuels ... Le gouvernement actuel est dans la même ligne qui s’attaque au statut, avec à terme la disparition des fonctionnaires. Il entend gérer les administrations et les services publics comme des entreprises voire à les privatiser.
Que serait une société où les services publics et les administrations seraient considérés comme des entreprises, où le statut des fonctionnaires disparaîtrait ?
- Intervenants : Benoît Martin, Michèle Dessenne
• 20h00
Repas

 

Web Analytics