En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

Communiqué du Parti de la démondialisation (Pardem)
 
Le 16 mai 2018.
 
Manif13Mai2018 600
 
Le Parti de la démondialisation appelle à participer aux manifestations, partout en France, le 26 mai, « une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité ». Réunis à l’initiative de l’association Attac, plusieurs organisations syndicales, politiques et associatives ont adopté un communiqué pour appeler à ces manifestations. Le Parti de la démondialisation, volontaire pour participer à cette dynamique, a signé ce texte.

Toutefois, les dirigeants de la CGT et du NPA ont refusé la signature du Pardem avec l’accord d’autres organisations, a-t-on appris, sans que les noms de celles-ci nous aient été communiqués. À force de demandes réitérées, la CGT nous a répondu par la voix d’Elsa Conseil, directrice de cabinet du secrétaire général Philippe Martinez : « En ce qui concerne la CGT, si le PARDEM avait fait partie du périmètre d'origine de la préparation du 26 mai, nous n'aurions certainement pas eu la même approche de l'initiative. En effet, les questions du "souverainisme" et de la sortie de l'Union Européenne sont loin d'être des questions secondaires pour la CGT. »

Ainsi ce sont les positions du Pardem sur la mondialisation néolibérale et la tyrannie de l’Union européenne qui conduisent les dirigeants de ces organisations à de telles fautes politiques.

Car au-delà du Pardem, cette attitude traduit un état d’esprit sectaire et défensif. Soit le mouvement qui est peut-être en train de naître réduira son périmètre aux sympathisants dits « de gauche », voire d’extrême gauche, et alors il perdra, soit il s’ouvrira largement à tous les citoyens victimes des politiques néolibérales impulsées par l’Union européenne et son agent qu’est Emmanuel Macron.

La condition du succès est le rassemblement le plus large possible. Au travers du Pardem, ce sont tous les abstentionnistes et tous ceux qui exigent la restauration de la démocratie et le retour de la pleine et entière indépendance de la France qui sont écartés. Pourtant, ce sont bien les classes populaires qui portent massivement cette exigence.

Ainsi, une nouvelle fois, par européisme, des organisations de gauche offrent un beau cadeau au Front national.

Quoiqu’il en soit, le Parti de la démondialisation œuvrera au succès de ces manifestations. Il agira pour l’autonomie de cette dynamique populaire afin qu’elle ne soit pas simplement une tentative de recomposition et de récupération d’une gauche en lambeaux.

0 Filet 2

Ajouter un commentaire

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Invité - Frédéric

    Il y a un problème dans la réponse de la CGT : "En effet, les questions du "souverainisme" et de la sortie de l'Union Européenne sont loin d'être des questions secondaires pour la CGT."
    Ne serait-ce pas : "...sont loin d'être des questions PRIORITAIRES pour la CGT." , plutôt ?

  • Oui vous avez sans doute raison (avec un grand sens de l'humour) ! Mais hélas la réponse de la CGT est bien celle que nous avons rapportée !

  • Je voulais dire dans mon précédent commentaire que la langue de bois de la CGT fonctionne bien !::D

  • Invité - le.ché

    Je pense que la CGT reste bloquer une fois de plus sur la prise de position du PCF QUI EST POUR RESTER DANS CETTE Europe capitaliste. Pierre Laurent n'est toujours pas clair sur cette question.

  • Invité - Jean-Luc

    « En ce qui concerne la CGT, si le PARDEM avait fait partie du périmètre d'origine de la préparation du 26 mai, nous n'aurions certainement pas eu la même approche de l'initiative. En effet, les questions du "souverainisme" et de la sortie de l'Union Européenne sont loin d'être des questions secondaires pour la CGT. »
    La réponse de la directrice de cabinet du secrétaire général de la CGT est la confirmation du communiqué CGT du 21 mars 2018. Elle a le mérite d’être claire pour les militants CGT qui doutaient. C’est bien un acte politique mais ce n’est qu’une affirmation de la direction de la CGT, puisque cette question n’est que rarement abordée en réunion de syndiqués. Quand elle l’est, elle est escamotée par manque d’arguments des militants.

  • Invité - DePassage66

    Bonjour,
    OK pour la langue de bois de la CGT, à double effet et si en vogue au PCF d'aujourd'hui, mais quid du NPA ? Quels sont les arguments avancés ?

  • Le NPA n'a pas daigné apporté d'explication malgré nos multiples questions.

Web Analytics