En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

L’intervention de l’armée française, aux côtés des Américains et des Anglais, contre l’armée Syrienne témoigne de la soumission de la France aux USA, comme ce fût le cas lors des frappes, aux conséquences désastreuses encore aujourd’hui, sur la Libye.
Pour la énième fois depuis le déclenchement du conflit syrien, la soi-disant coalition, (Washington, Londres, Paris) n’a présenté la moindre preuve qui permettrait d’attribuer à Bachar Al-Assad la responsabilité de l’attaque au gaz qui aurait été perpétrée contre la population du quartier de la Ghouta le 7 avril dernier.
En outre, aucun pays n’a reçu l’autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU pour procéder à une opération militaire contre le gouvernement syrien. Dès lors, cette opération est une violation du droit international et pourra avoir des conséquences imprévisibles aujourd’hui.
À la lumière des événements et des nombreuses « fake news » produites par les Etats-Unis depuis une quinzaine d’années, il est du devoir de chaque citoyen, d’avoir la plus grande méfiance devant les allégations des gouvernements américain, anglais et français.
C’est sur la même base, la prétendue détention d’armes de destruction massive par le régime de Saddam Hussein que George W. Bush et ses affidés ont déclenché la guerre en Irak en 2003. Plus de 1,2 millions de civils irakiens, dont des centaines de milliers de femmes et d’enfants, ont été tués depuis, alors qu’il s’agissait d’une pure « fake news », reconnue comme telle quelques mois après, par le secrétaire d’État américain Colin Powell.
Au lieu de jeter de l’huile sur le feu et d’obéir au claquement de doigts de Trump, Macron aurait du mettre la France au service de la paix, aujourd’hui gravement menacée.
Plutôt que de soutenir la mise en place d’une enquête internationale dans le cadre de l’ONU, en y associant l’OIAC, pour faire la lumière sur les événements survenus le 7 avril dans la Ghouta, le gouvernement français a choisi l’intervention militaire. Comme sous la présidence de F. Hollande, l’article 35 de la Constitution de la République qui  affirme que « la déclaration de guerre est autorisée par le Parlement » a été ignoré.
Sur un sujet aussi grave  qu’un éventuel conflit mondial avec la Russie, le sort du peuple français ne doit pas dépendre du seul Président de la République. Les députés et les sénateurs doivent exercer le pouvoir que leur donne notre Constitution. 

Le 4 février 2017

Le résultat de la primaire socialiste, en désignant Benoît Hamon d’un côté, et les déboires de François Fillon d’un autre côté, chamboulent tous les pronostics à propos de l’élection présidentielle. Désormais, Benoît Hamon apparaît en position pour battre Macron et se trouver opposé à Marine Le Pen au second tour, situation qui apparaissait encore impossible il y a quelques jours. Mais ce schéma, pour se réaliser, nécessite le retrait du candidat EELV (Yannick Jadot) et du candidat de la France insoumise (Jean-Luc Mélenchon), ainsi que l’appel du PCF à voter Hamon. S’ils ne le font pas, ils laisseront la place à un duel Le Pen – Fillon (ou son successeur), ou à un duel Le Pen – Macron, ou encore à un duel Fillon (ou son successeur) – Macron.

3 janvier 2017

Liberté, égalité, fraternité, laïcité : la France libérée !

Les vœux de nouvelle année. Incontournables mais si difficiles à exprimer sans tomber dans le rituel hors contexte : bonheur, santé, amour, espoir…

Comment faire en ces temps si moroses, quand la majorité de nos concitoyens vivent dans l’inquiétude, le manque, l’insatisfaction, la résignation, la peur du lendemain, la colère rentrée, pour convaincre que l’écrasante réalité que nous subissons pourrait se transformer en « nouveaux jours heureux » ?

2017 est une année électorale. Une année où tout pourrait changer. Mais qui y croit vraiment ?

Pour accéder au programme du Pardem 
http://www.pardem.org/programme/intitule-des-10-parties-du-programme
 
Rejoignez-nous. Participez à la campagne
http://www.pardem.org/contactez-nous

Participez financièrement à la campagne - Faites un don (66% déduits de vos impôts) :
Le versement en ligne est ouvert sur le site du Pardem :
http://www.pardem.org/faire-un-don


Suivez-nous sur Facebook
https://www.facebook.com/demondialisons/
 
et sur Tweeter 
https://twitter.com/Le_Pardem?ref_src=twsrc%5Etfw


Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics