En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

      S'enregistrer  

Grec Anglais Espagnol pt it dt ru

A A A

PCB
 

Par le Parti de la démondialisation

Le 13 août 2018

Après le Parti communiste allemand en 2016 et le Parti de gauche début juillet, le Parti communiste de Belgique a décidé à son tour de quitter le Parti de la Gauche Européenne. Cette décision a été adoptée par un vote lors du dernier Congrès du PCB qui s'est tenu le 30 juin dernier à Bruxelles.

Les raisons de ces départs sont essentiellement que le PGE, comme la CES pour les syndicats, est un parti intégré à l’Union européenne qui ne remet pas en cause le caractère libéral de cette dernière. Faire croire aux classes populaires que l’on peut modifier l’institution européenne de l’intérieur pour en faire une « Europe sociale » est un leurre dangereux et criminel.

Le Pardem qui depuis sa création défend la sortie de l’euro et de l’Union européenne ne peut que se réjouir de ces départs qui fragilisent le PGE. Il appelle ces partis à rejoindre les rangs de ceux qui souhaitent la destruction de l’Union européenne et militent pour d’autres types de relations, basées sur la coopération et non la concurrence entre les pays. Pour notre part nous appelons d’ores et déjà à boycotter les élections au parlement en 2019.    

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué du Parti communiste belge expliquant les motifs de sa décision.

Par le Parti de la démondialisation
 
Le 31 juillet 2018

GuerreCommerciale
 
La rencontre à Washington, le 25 juillet dernier, entre Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne et le Président américain Donald Trump, à propos du commerce international, fait couler beaucoup d’encre. Pour les uns, Monsieur Trump aurait gagné sur toute la ligne. Pour les autres, comme le pathétique Alexander Winterstein, porte-parole de la Commission européenne, c’est une « victoire », un « grand jour pour l'Europe ». Pourtant, selon Washington, l’agriculture ferait partie de l’accord, alors que Bruxelles affirme que ce n’est pas le cas. Bref, personne n’y comprend rien, ou fait semblant de ne pas comprendre !
 
Pour y voir clair à travers ce rideau de fumée, il faut revenir aux leçons de l’histoire économique en matière de commerce international. Elles sont limpides. Selon les périodes et les pays, en fonction du contexte, les classes dirigeantes pratiquent tantôt le libre-échange et tantôt le protectionnisme selon leurs intérêts du moment. Il n’y a rien de plus ridicule de considérer que les gentils seraient les libre-échangistes alors que les méchants seraient les protectionnistes. Libre-échange et protectionnisme sont les deux faces de la même médaille de la guerre commerciale suscitée par le capitalisme néolibéral.

Par le Parti de la démondialisation

Le 26 juillet 2018 

Nous diffusons la résolution de nos camarades du parti italien P101, membre de la Coordination européenne pour la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN car ce texte est important. Il donne un éclairage et une analyse basés sur la situation et l’expérience concrète de ce que vit le peuple italien. Il met en lumière, sans le filtre des médias "mainstream", les positions du gouvernement italien. Enfin, il explique clairement la position de ce que nos camarades nomment, la «  gauche patriotique », le «  camp populiste »  et appelle à la création d’un « Comité de libération nationale » structuré en « Comités d’actions » ouverts et unis au plan national.

Un appel dont notre « gauche » et nos syndicats devraient s’inspirer pour réfléchir, avec le Pardem, à un programme de libération nationale.

Le Pardem soutient l’analyse du P101, enfin un discours intelligent et véridique sur la situation italienne !

italia ribelle

Par Michèle Dessenne, vice-présidente du Pardem

13 juillet 2018

Cauchemard dete

Sans doute sous l’effet des températures d’été, voici qu’un terrible cauchemar me plongea dans la peau d’une européiste sincère. Effarée par ce qu’elle croyait être une vague nationale populaire généralisée, elle se lançait dans la lutte avec frénésie pour sauver l’Europe et ses vertus. Traumatisée par les images quasi pornographiques que diffusaient les médias, des hordes hurlant les hymnes nationaux, envahissant les rues et portant fièrement le drapeau de leur nation, il n’y avait plus le choix. Vite, des réformes radicales. C’est ainsi qu’elle lança un vibrant appel à tous ceux, qu’ils soient de droite ou de gauche, qui voulaient que cesse la propagande et les symboles nationaux. En voici le texte. N’oubliez pas que j’étais en pleine hallucination, au cas où vous pourriez en douter ne serait-ce que quelques instants.

 

 

 

Adresse aux Européistes de tous pays

« Face à la montée tricolore massive qui déferle il faut réagir, et vite. Le temps n’est plus aux atermoiements. L’Europe pourrait entrer dans une phase critique.

amlo

Par Joël Perichaud, Secrétaire national du Parti de la démondialisation chargé des relations internationales
Le 7 juillet 2018

Selon tous les grands médias, l’élection d’Andrés Manuel Lopez Obrador (AMLO) inaugurerait une politique de « gauche » au Mexique. Il convient de se baser sur les faits, pas sur la propagande.

Le 1er juillet, près de 90 millions d’électeurs mexicains (sur 125 millions d’habitants) ont élu leur président (pour six ans) et ont renouvelé leurs 500 députés, 128 sénateurs, 9 gouverneurs et 2800 conseillers municipaux.

Boutique du Pardem

Bandeau Boutique

Web Analytics